Organiser avec le lean management

//Organiser avec le lean management

Organiser avec le lean management

Tristan Ebel

Connaissez-vous Taïchi Ohno ? Fondateur du Système de Production chez Toyota, il a défini un système baptisé ‘lean management’ (littéralement ‘management mince).

Pour Ohno, si l’on souhaite créer efficacement de la valeur, il est indispensable d’identifier les gaspillages et de les éliminer ou réduire. Comment Taïchi Ohno définit-il le gaspillage ? Comme une absence : ‘quelque chose d’inférieur à la quantité minimum nécessaire de machines, de matériaux, de pièces et de temps de travail,  essentielle à la création de produit ou service

Ohno a défini 3 familles de gaspillages :

  • Muda (une tâche sans valeur ajoutée, mais acceptable)
  • Muri (une tâche excessive, trop difficile ou impossible à accomplir)
  • Mura (irrégularités, fluctuations)

Dans cet exposé, nous nous intéressons uniquement au muda et donc à une activité qui n’apporte pas de valeur aux yeux du client mais qui est généralement acceptée et pratiquée.

Les Muda

  • Surproduction
  • Stocks Inutiles
  • Déplacements Inutiles
  • Traitements inutiles
  • Mouvements Inutiles
  • Erreurs, Défauts et rebuts
  • Temps d’Attente et Délais

 

La surproduction

La surproduction consiste à produire plus que ce que le client a commandé. Ou encore à réaliser une tâche qui ne correspond à aucune demande ni exigence client. Nous obtenons des pièces qui atterrissent au stock ou même, doivent parfois être jetées.

Pour Ohno, il s’agit du pire des gaspillages car il en entraîne d’autres. Il a tendance à ralentir ou stopper les choses.

Stocks inutiles

On désigne comme stock inutile tout ce qui n’est pas indispensable à la réalisation d’une tâche. Comme on peut le deviner au vu de ce que nous avons abordé auparavant, il est généralement engendré par la surproduction. Mais il peut aussi résulter d’une planification incorrecte. Ainsi, une prévision de ventes erronées peut résulter en un stock ‘mort’.

Déplacements inutiles

On parle de déplacement inutile lorsqu’il semble nécessaire de déplacer des matériaux, des pièces, ou d’autres éléments qui concrètement n’apportent pas de valeur pour le client. Ce serait le cas si l’on utilise par exemple un stockage intermédiaire, ce qui nécessite 2 transports au lieu d’un.

Traitements inutiles

La réalisation d’une tâche pour le client entraîne trop d’étapes inutiles, ce qui en vient à réduire la rentabilité. Les réunions inutiles mais aussi l’usage de deux emballages là où un seul suffirait en sont des exemples.

Mouvements inutiles

Un mauvais rangement, un matériel mal répertorié peuvent entraîner des déplacements inutiles, sans valeur ajoutée pour le client. Un autre exemple serait d’avoir des matériels fort utiles comme une photocopieuse, placée à un endroit qui entraîne trop de déplacement des cadres ou autres usagers.

Erreurs

Les erreurs ou défauts vont amener à devoir retoucher le produit, de retourner chez les client, mais peuvent aussi amener une perte de crédibilité.

Temps d’Attente

Lorsqu’un service doit attendre qu’un autre ait achevé sa tâche avant de pouvoir opérer, nous avons des temps d’attente excessifs. Il en est de même si une personne est en retard à un rendez-vous.

Comment utiliser les Muda pour réduire le gaspillage ?

Comment résoudre les problèmes précités. C’est assez simple, si tant est que vous savez les identifier. En effet, le plus grand expert en Lean, Shigeo Shingo a déclaré :

Le plus dangereux des gaspillages est celui qu’on ne voit pas

Il en résulte que la première étape pour éliminer les gaspillages est de les percevoir. Il est donc essentiel que vous puissiez vous entraîner à identifier les 7 Muda précités dans votre entreprise ou dans celle d’un autre. A chaque fois, leur résolution coule de source.

 

Si vous souhaitez devenir un professionnel de ce sujet, suivez l’une de ces formations :

Problématiques de management

2020-01-15T21:55:29+00:0009 septembre 2017|Tristan Ebel expertise|